Le Monde du Journal Interdit

Le Petit Prince à dit...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LE PARLER VRAI

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Sam 20 Jan - 3:49

Une question lancinante, récurrente, toujours présente naît de l'analyse précédente. Pourquoi prendre en compte les conséquences des maux qui rongent sans s'attaquer à leur cause ?
Un illustre maire qui, à n'en pas douter aime les pauvres et se dévoue pour eux, décide que ses contribuables - par un élan de générosité aussi spontané qu'imposé - offrent les repas de cantine à tous les enfants. Une brave dame, qui - elle aussi - aime les pauvres et la pensée unique, soutient de toute sa virginité perdue cette initiative. Oui Monsieur le Maire, sans doute Madame mais votre démarche, pleine de bons sentiments, souléve des remarques. Il est certainement inconcevable que des petits aient faim en allant en classe mais est-il certain que l'inconscience de Parents envoyant à l'école des enfants mal nutris sera corrigée par une cantine gratuite. Des repas de qualité, des conditions d'acceuil satisfaisantes, un service correct, cela a un coût qui n'interdit pas le geste mais justifie de mesurer son utilité. Ne serait-il pas préférable de consacrer son énergie à une éducation des Parents pour qu'ils donnent à leurs Enfants les moyens de vivre ?


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 2:49, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Sam 20 Jan - 4:00

M


Dernière édition par le Mar 27 Nov - 14:11, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Sam 20 Jan - 4:25

C


Dernière édition par le Mar 27 Nov - 14:12, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Sam 20 Jan - 4:31

Dans l'air du temps et des pulsions actuelles, la sécurité routiére arrive spontanément pour imager aussi ce constat. Si les manants sont incapables d'acquérir un sens des responsabilités, pourquoi mettre à leur disposition des voitures si performantes et si sécurisantes ? Pourquoi ne pas imposer les voiturettes qu'une amitié mitterandienne à jeter sur les routes ? Pourquoi la publicité impose-t-elle le concept et l'impérieuse nécessité de "Belle Voiture" ?
Une seule réponse, pour que survivent la société de consommation et son arsenal de lois économiques.


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 2:50, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Lun 22 Jan - 12:57

L'Abbé Pierre est parti !
Homme généreux, il laisse - pourtant - un parfum de retenue. En réfléchissant à cette question, il semble que son action a été dénaturée par sa médiatisation. Celle-ci a mis en exergue une partie de sa pensée - la plus "médiatiquement" exploitable - en négligeant l'autre volet. Elle a, ainsi, bafoué la conception globale des problémes humains qu'il avait.
L'Abbé Pierre était révolté contre la misére, la pauvreté mais aussi contre la passivité, la facilité, le laisser aller. Il est indélicat de parler au nom des Compagnons d'Emmaüs mais il semble, cependant, que leur philosophie fait une large part à la solidarité, à la prise en charge de l'homme par lui-même. La conception des faits de l'existence par l'Abbé Pierre, prise dans son intégralité, prend une autre dimension. Elle devient un hymne à la dignité et comporte une ébauche de réponse aux causes originelles de la misére, soumission, perte de l'ambition, non respect de soi-même. Libéré du tintamarre médiatique , l'Abbe Pierre apparaît - alors - comme un grand Homme !


Dernière édition par le Ven 30 Nov - 4:59, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Mar 23 Jan - 13:51

Un martien, séjournant quelques jours dans notre beau pays, a fait les commentaires suivants en retournant sur sa planéte. "J'ai vu un monde fou, empli d'individus étranges, collés les uns aux autres, parfois se brutalisant, toujours courant. Ils sont plongés dans une belle contrée, pleines d'arbres, de fleurs, de ruisseaux mais ils se précipitent tous dans une même direction, sans regarder, sans respirer, sans vivre, sans aimer.
Notre martien a pensé qu'ils avaient un but, un souhait, un objectif mais non ... ils suivent leurs "voisins" qu'ils veulent simplement dépasser pour aller rejoindre d'autres "voisins", qui - eux aussi - courrent pour dépasser leurs "voisins" afin de rejoindre les "voisins de devant" ... Heureusement, tous les "voisins" du troupeau le savent, les martiens sont des extra-terrestres !


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 2:52, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: mner   Mer 24 Jan - 11:08

La Belle Vie ne s'épanouira pas dans un terreau de pensée unique battu par les eaux d'un fleuve s'écoulant à toute allure vers nulle part. En quittant un langage martien, il est possible d'exprimer ce constat d'une maniére plus explicite.
Tant que le non sens, l'irreflexion et l'indifference régneront, le sens des responsabilités n'existera pas, l'échelle sociale sera détruite, l'envie et la juste ambition n'auront pas de justification. Par contre, le chacun pour soi, le paraître, le clinquant et les rapports de force rayonneront.

Un observateur de la vie sociale observe, à tout instant, les affres d'une fuite en avant irréfléchie. Un jour, cela est une jeune institutrice qui exprime sa stupeur devant la vie scolaire qu'elle découvre. "J'ai même vu deux mères de famille s'insulter et se battre à la sortie de l'école ; j'ai même vu une toute petite fille avoir l'insolence et l'inconscience de m'apprendre le calcul ; j'ai même vu des parents indifférents devant leur enfant en train de convulser." Un autre jour, cela est un jeune policier qui ne supporte plus son métier. "Le regard hagard d'une gamine victime d'une "tournante" ; le regard indifférent d'un jeune gamin qui vient de voler le sac à main d'une vieille dame pour répondre à un racket ; le regard insolent d'un adolescent qui vient d'envoyer à l'hôpital un petit parce qu'il est juif, me font vomir. J'en arrive à détester ce monde sans pitié, sans coeur, sans retenue." Un autre jour encore, cela est un vieux médecin désabusé. "J'ai vu une jeune mère excédée par les pleurs de son bébé qu'elle avait oublié de changer depuis plus de 24h, il est même possible que son excacerbation l'ait poussée à contacter une cellule psychologique d'urgence ; j'ai vu une dame respectable venir demander une signature pour réaliser une liste d'examens complementaires qu'elle avait noté sur internet pour une maladie qui - à coup sûr - était la sienne ; j'ai vu une jeune infirmiére, dans un service déboussolé, avoir l'inconséquence de jouer au maître à penser ; j'ai vu un homme se rendre avec sa voiture au domicile d'un ambulancier pour que celui-çi le conduise chez son kinésithérapeute résidant un ou deux kilométres plus loin, mais ... il est pris en charge à 100% " par la collectivité !


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 3:00, édité 29 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Sam 27 Jan - 6:57

Le fil rouge de ce journal croise, à cet instant, l'exhibition médiatique de deux tribuns de la pensée unique. Etonné par la destruction d'un monde si joli, Bruno l'était ; révolté par l'entêtement et la passivité des habitants, il l'était aussi ; mais atteré par l'aveuglement et le mépris des dirigeants, il l'est devenu aprés cette émission.
Monsieur joufflu béat quitte ta planéte de bien être et ouvre les yeux sur ce qui se passe. Le pays est incapable de préserver ses entreprises, celles qui surnagent mettent des points d'ancrage à l'étranger ; sa terre est colonisée - progressivement et insidieusement - par des peuples étrangers moins apathiques ou, à l'inverse, plus démunis ; sa culture se dilue dans un multi-culturel informe ; la dette publique est colossale ; les retraites par répartition ne pourront pas être couvertes par la génération suivante ; ce pays présente le plus mauvais rapport heures de travail effectif/population en âge de travailler, par conséquent a potentiellement le plus mauvais PIB des états comparables, sans pour autant être efficace sur le bien vivre. Plus grave encore des responsables insouciants ont inculqué - depuis des décennies - un état d'esprit, associant passivité, résignation et absence de volonté, qui condamne tout espoir d'amélioration.
L'autre acteur de la comédie bouffonne offerte à Bruno n'offre guére plus de garanties. Il "joue" à être moins aveugle mais à le même regard dédaigneux, la même indifférence, la même inconséquence devant les périls qui se présentent. Il ne mesure pas le niveau de déstructuration d'un peuple qui ne sait plus pourquoi vivre ensemble, comment vivre ensemble et plonge - ainsi - dans les rapports de force d'un chacun pour soi.


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 3:04, édité 27 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Mar 30 Jan - 6:10

Dans ce pays, il n'y a pas de pétrole, il n'y a plus d'idées et moins encore d'idéologie. Il est inconcevable qu'un instinct de survie ne se manifeste pas et qu'une évidence ne s'impose pas. La Droite et la Gauche, la Droite de la gauche et la Gauche de la droite, la Droite de la droite et la Gauche de la gauche sont des acteurs aussi funestes que pitoyables qui ne professent que facilité, virtuel, démagogie, illusions et paraître.
Ce pays est beau, façonné par les siécles ; ses anciens lui ont offert des conditions de vie parmi les meilleures de la planéte, pratiquement toutes les générations ont laissé à leur descendance un héritage positif. La planéte propose encore des milliards d'années à vivre mais il lui faut reprendre une marche en avant structurée ; il doit garder la volonté de laisser aux générations futures des avantages, des possibilités, des raisons de vivre et ne pas se déliter dans un réducteur " aprés moi, le déluge ".
Cette contrée dispose, maintenant, de trop de puissance technologique pour qu'elle se laisse glisser vers une déchéance qui lui fera perdre toute crédibilité et ne lui permettra, donc, plus de maîtriser les conditions de diffusion et d'utilisation de ces nouvelles techniques, ouvrant ainsi la porte à l'apocalypse.


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 3:18, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Mar 30 Jan - 6:21

Une petite contrée, un petit monde illustrent - dans cette anecdote - le climat malsain et destructeur que libére une perte des valeurs fondamentales. Un homme, qui ne respectait que lui, a été détruit avec de mauvaises méthodes par un homme excédé de son irrespect. Celui-ci est, à son tour, plongé dans la tourmente.
Ce fait divers a une portée symbolique car il ouvre sur des vérités plus générales. La mesure, la tolérance, le respect sont des éléments indispensables au comment vivre ensemble.


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 3:19, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Mer 31 Jan - 10:18

Un retour, à la campagne électorale, pousse les regards vers un homme à la calvitie débutante, quelques poils en guise de barbe et un empâtement qui sied à une vie facile. Il prone deux points, le principe de précaution et le métissage, qui lui apparaissent comme des facteurs essentiels de l'axe de pensée de son parti politique. Ces éléments interviennent, effectivement, au niveau du comment vivre ensemble, méritent une place dans la réflexion mais ne peuvent pas être les éléments fondateurs d'un courant de pensée. Cet homme se perd dans le complémentaire et évite, ainsi, l'essentiel. L'air des temps présents réduit son champ de vision à une globalité trés restrictive sur laquelle il construit, ensuite, une société virtuelle.


Dernière édition par le Sam 29 Déc - 7:54, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Jeu 1 Fév - 5:03

L'égalitarisme, au travers d'une vision primaire, réduit l'échelle sociale à sa plus simple expression, à son plus petit dénominateur commun. Il n'incite plus à la progression mais pousse au nivellement. Avec la volonté d'offrir une chance à tous, il détruit cette chance elle même. Le principe de précaution - dans ce cadre réducteur - devient incontournable pour maintenir un équilibre. Ni responsables, ni coupables de cet état d'esprit, les manants en sont - fondamentalement - les victimes. Ce principe noye le sens des responsabilités, le goût des initiatives, la volonté d'entreprendre et pousse à la passivité, à la paresse et à l'irreflexion, autant d'éléments qui condamnent une société.
Avec bravitude, il faut réclamer l'abolition d'un principe qui, de toute façon, n'a plus aucune raison d'être si un nouveau contrat social basé sur le bon sens et la réflexion s'instaure.

Le métissage demande une etude plus nuancée. En premier lieu, il convient de préciser le sens donné à ce terme. Si métissage définit le fruit d'une fusion entre personnes, d'aspect différent mais vivant en harmonie avec une contrée, le débat n'a aucune raison d'être. Le principe de vivre libre et responsable suffit à le clore. Si, par contre, métissage fait intervenir les notions de pays pluri-culturel, de cohabitation, de lois différentes, les problémes deviennent d'une autre nature car ils mettent en jeu les régles de vie au sein d'une société.


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 3:30, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Jeu 1 Fév - 5:31

Ces régles, issues des siecles et d'expériences parfois malheureuses, se sont imposées à tous. Il y a la liberté pour les hommes et les femmes ; il y a l'égalité des moyens face au devenir ; il y a la fraternité en tant qu'expression d'une solidarité ; il y a la séparation de l'église et de l'état ; il y a l'abolition de la loi du talion et de la peine de mort ; il y a le respect de l'état, des lois communes et - surtout - de l'Homme.
Avec le temps, des peuples les ont adoptés et ont donné naissance à un état, un hymne et un drapeau. Des personnes de diverses contrées, pour des raisons multiples, ont rejoint cette banniére. Tous ont apporté leurs particularismes, enrichissant ainsi le creuset national, mais tous se sont conformés aux principes fondamentaux qui définissent la France. Pourquoi - sur deux décennies et sous prêtexte d'une pensée devenue unique - bouleverser les principes que des générations ont mis en place et défendu ? Pourquoi - sous prétexte d'un égalitarisme primaire - détruire les fondements de la société française ? Pourquoi - selon un principe de liberté dévoyé en principe de facilité - multiplier les zones de non-droit ?
Peu importe qu'une femme porte un tchador, une minijupe ou des anneaux dans le nez, si elle a la liberté d'assumer son confort ou son inconfort. Peu importe que des personnes se livrent à des fêtes païennes, à des jeûnes religieux ou à d'autres rites, s'ils assument les conséquences de leurs actions au niveau des rythmes socio-professionnels. Peu importe que certains fassent preuve de dilettantisme ou de détachement, s'ils assument la conséquence de leur attitude au niveau du parcour scolaire ou de leur vie professionnelle. Toujours rester libre et responsable, respecter les différences mais respecter, aussi, le comment vivre ensemble d'un pays et s'offrir des motifs communs de pourquoi vivre ensemble sont les éléments fédérateurs d'un pays. Des personnes heureuses et fiéres de leur contrée n'ont plus besoin de cadres rigides, d'une multiplication de lois irrespectables car impulsives, d'un amoncellement d'interdits de toutes sortes. Il leur suffit de suivre le chemin, il méne à la Belle Vie !


Dernière édition par le Lun 17 Déc - 12:44, édité 34 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Ven 2 Fév - 5:01

La loi anti-fumeur est une illustration des non-sens où méne une société impulsive et irréfléchie. Une analogie, par son aspect choquant, attirera peut être attention et réflexion. Aprés avoir imposé le port de l'étoile jaune sur les paquets de cigarettes, le stade suivant est, donc, l'expulsion des pariats de tous les lieux de vie. A quand la concentration de ceux-ci dans des endroits clos et barricadés ? Pourquoi ne pas envisager une extermination ? Le rapprochement est excessif mais ...
Pourquoi interdire à un fumeur de fumer, s'il en garde la volonté, sinon le besoin, il détournera l'interdiction. Une régle simple, consistant à faire prendre conscience que son geste le pousse en dehors des régles du comment vivre ensemble et conduit, donc, à limiter le principe de solidarité né de ce comment - par exemple en ne remboursant pas ou partiellement les frais liés à une pathologie en rapport avec le tabac - aurait certainement plus de portée. Elle respecterait la liberté, imposerait la responsabilisation et éviterait les interdits stupides qui n'ouvrent que sur des amendes, une fuite en avant et des révoltes, surtout pas sur une prise de conscience.


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 3:36, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Ven 2 Fév - 13:25

Le hasard d'un regard sur le quatriéme de couverture d'un livre conforte Bruno dans sa vision du monde actuel, irréfléchi, fou de suffisance, fou d'immodestie, fou de mépris, fou d'inconséquence. Le livre de cet auteur, adepte de la pensée unique, y est comparée à un condensé entre Mme De Sévigné et Michel Ange. Comme le dit "Paris Match", à propos d'un autre auteur, gloire à tous les Saint Ex des temps modernes !
Vite du goudron et des plumes, sinon demain sera pire.


Dernière édition par le Lun 17 Déc - 12:46, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Dim 4 Fév - 3:35

Toujours à la terrasse de son café du commerce, toujours dans un monologue, Bruno évoque un film qu'il a récemment vu. Celui-ci comporte de bons acteurs et dessine une belle histoire. Dans "Moliére", il n'y a pas de virtuel, pas d'artificiel, pas d'images chocs pleines de sang ou de sexe, pas de catalogues de recherches pseudo-scientifiques ni même de recherche d'ADN mais simplement l'homme et les facteurs éternels qui font sa vie. Richesse de l'amour, avantage de l'esprit et de l'humour, joie de la Belle Vie, méfaits de la sottise ...
Condensé de la lutte permanente entre le bien et le mal, entre les belles valeurs et les laides, ce film est un symbole des obstacles qui obstrue la vie. Il est, aussi, un réconfort, un espoir car il porte en lui la certitude - qu'un jour ou l'autre - Le Petit Prince, Candide et Don Quichotte détourneront la course vers le néant d'une génération robotisée et conditionnée.


Dernière édition par le Lun 17 Déc - 12:49, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Lun 5 Fév - 5:39

L


Dernière édition par le Mer 28 Nov - 6:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Lun 5 Fév - 13:19

Difficile et décourageant de crier une évidence que personne ne veut entendre. Masquée par la passivité et l'indifférence que les comédiens - qui rendent idiot - et la mediacratie - qui rend fou - font proliférer, la prise en compte de cette évidence changerait - pourtant - le cours d'une décadence.
Un pays qui courre à perdre haleine, notamment pour pallier les conséquences d'une déchéance- évidemment toujours plus forte tant que ses causes ne sont pas traitées - ne peut qu'augmenter les lois, accentuer les prélévements, multiplier la misére et les dépits.


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 4:09, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Mar 6 Fév - 5:27

Une fuite éperdue dans la vie, notamment un travail soumission n'offrant pas de perspective, conduit à ses mêmes dépits.
Pendant des millénaires, les moyens de production, de transport, d'échanges se sont modifiés trés modérément et le travail humain est resté la principale source d'énergie. Depuis deux siécles, l'efficacité des techniques a - heureusement - fait un bond formidable. Le travail soumission est devenu - progressivement - plus accessoire dans les processus de production. Pour que cette avancée soit bénéfique pour l'homme, il est indispensable - néanmoins - qu'il sache s'adapter à cette évolution. Malheureusement les lois économiques, imposées par un liberalisme sans garde fou, poussent à compenser la diminution du travail soumission par le chômage plutôt que de favoriser l'amélioration des conditions de vie.
Une des erreurs est en rapport avec la sous estimation, par nos sociétés, des bienfaits du travail action, généré par les rapports humains. Il est source d'épanouissement personnel et ouvre sur un champ d'application immense. Le systéme éducatif, le systéme sanitaire, l'aide au bien vivre, la culture ... sont des sources inépuisables d'emploi. L'objection du " comment financer " ne résiste pas à un bouleversement des lois économiques par une volonté collective.


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 4:20, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Mar 6 Fév - 13:57

Ce journal essaye de faire prendre conscience que les causes de la décadence actuelle sont plus structurelles que conjoncturelles. Graves car insidieuses et silencieuses, elles sont profondes et destructrices. L'état d'esprit d'une nation a été mis à mal par une crise de confiance entre les citoyens et des dirigeants, bloqués dans des conceptions révolues et un "non choix". Figés dans un concept erroné et dans une attente hypothétique d'une reprise de la croissance, ils répondent par un assistanat aux problémes et n'offrent pas de nouvelles ambitions au pourquoi vivre ensemble. Une atmosphére d'apathie et de laisser aller de plus en plus épaisse en est née, comme l'illustrent les avatars d'une loi telle que celle des trente cinq heures. Ses modalités d'application - de compromis en compromission, de laisser faire en laisser aller - en ont fait une mauvaise loi, avec des effets néfastes sur le pays. Surtout, elle a fait perdre toute crédibilité à une conception qui pouvait, peut être, être interressante.

La perte, la confusion des valeurs, depuis - au moins - deux décennies, ont entrainé un bouleversement néfaste des comportements et des attitudes. Le goût du travail, l'envie et le plaisir de réussir, la volonté d'innover ou simplement de respecter ses engagements, la notion d'effort, la joie de tendre la main à son voisin, le souhait de prendre l'ascenseur social ont été détruits par le virtuel d'une société de consommation emportée par une fuite en avant. Ne pas récompenser le travail, le succés, ouvrir des "droits" sans les "devoirs" qui vont avec, sont des attitudes funestes. Elles conduisent à un assistanat, un nivellement, une destruction de l'échelle sociale. Ces éléments aboutissent à une perte du respect de soi et des autres, à un monde uniforme, morne, ayant perdu la richesse des rapports humains. L'hyper-individualisme et les rapports de force qui l'accompagnent, correspont à un formidable retour en arriére qui annonce beaucoup de désenchantement.
Croire, croire encore, croire toujours en la Belle Vie est la condition essentielle pour sortir de ce marasme et fuir l'aléatoire du virtuel. Avec elle, il suffit d'un cadre clair, simple, compréhensible donc applicable, pour "oser', quitter le "à quoi bon" et s'ouvrir au "pourquoi pas".


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 4:28, édité 35 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Jeu 8 Fév - 13:24

Des notions simples, rudimentaires, permettent une approche de la Belle Vie. Dans le monde actuel, elles passent pour primitives, d'un autre temps et, comble de l'absolu, paraissent relever du rêve et de l'utopie Pourtant ...
Il est normal de participer au pot commun, en d'autres termes d'apporter son travail dans le devenir d'une société.
La vie ne se résume pas au seul travail et doit s'ouvrir, aussi, vers des loisirs qu'ils soient contemplatifs ou créatifs.
L'effort, la volonté ne sont pas des actes de soumission, des sources de souffrance mais peuvent conduire à une certaine plénitude, au moins à une satisfaction.
Un cadre de vie défini est nécessaire à une vie en groupe, en société.
L'homme se différencie des autres espéces par son âme qui lui ouvre le respect, l'amitié, l'amour.


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 4:32, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Ven 9 Fév - 6:56

Le fil rouge de ce journal, par l'intermédiaire du formaté que vomit une Médiacratie, souléve de nouvelles questions. "Taxer" le grand capital, faire payer les "riches", naturellement et tous les "pauvres" du monde ne pourront qu'approuver cet axiome qui parait, malgré tout, primaire. Encore faudrait-il définir qui sont les "riches", qui sont les "pauvres" en sachant que les "pauvres" des uns sont souvent "les riches" des autres. Comment "les travailleurs et les travailleuses" vont-ils s'harmoniser pour atteindre la Belle Vie et vivre avec les autres "travailleurs et travailleuses" ; quel sera le facteur énergétique, l'élément stimulant de ce systéme. Des questions, parmi d'autres, dont les réponses permettraient de voir dans les verts, les intermondialistes, les gauchistes de toutes sortes autre chose qu'un gadget que la médiacratie utilise comme hochet pour distraire les manants lors de leur course folle vers le rien.


Dernière édition par le Dim 30 Déc - 4:36, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Sam 10 Fév - 8:23

La chute présente dans le néant est si spectaculaire qu'elle comporte - peut être - un aspect rassurant. Il est impossible qu'elle ne provoque pas, à un moment ou à un autre, une prise de conscience et une volonté de changer les conceptions et la nature de cette société ... Un pays, où un repris de justice patenté est candidat à la succession d'un repris de justice potentiel, doit s'ouvrir à des interrogations !


Dernière édition par le Dim 30 Déc - 4:39, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Dim 11 Fév - 4:57

L


Dernière édition par le Mer 28 Nov - 7:25, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corillion jean claude
Admin


Nombre de messages : 299
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   Dim 11 Fév - 6:02

N


Dernière édition par le Mer 28 Nov - 7:26, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE PARLER VRAI   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE PARLER VRAI
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Dolto, Françoise] Tout est langage
» lescheminsdelenergie.com où comment adopter une vrai fée
» Quelle est la vrai quelle est la fausse
» Quelle langue vous aimeriez parler?
» Faites parler vos photos !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde du Journal Interdit :: Le Parler Vrai :: TOME II-
Sauter vers: